Pacific Coast Highway (road 1)

 Photo des environs de Los Angeles nord

Pacific coast highwayvers Los Angeles

Quand on entend parler de la Pacific Coast Highway, ce serait, aux dires de la majorité, la plus belle route du monde et sans abonder dans l’excès, je suis un brin chauvin, c’est vraiment une route exceptionnelle et spectaculaire. Mais cela mérite un peu d’historique car peu de bikers savent où elle se situe exactement.

 Photo élephants de mer vers Malibu

Pacific Coast Highway

La Pacific n°1 (et non la PCH) prend sa « source »au Nord de San Francisco et descend jusqu’au sud de Los Angeles. Cette splendide route (road n°1) est morcelée en tronçons aussi spectaculaires les uns que les autres, comme la Cabrillo highway, la Shoreline highway, la Dream highway,etc… et bien sur l'incontournable Pacific coast highway.

 Photo de la P.C.H.a l'intérieur des terres

Pacific Coast Highway

Sans polémique aucune avec nos amis américains sur les tracés, nous, on s’est plutôt intéressé à la Pacific n°1 de la très vivante San Francisco à la légendaire Los Angeles et qui, bien sûr, englobe la fameuse Pacific Coast. Soit quasi 700 kms ce qui risque d'inquiéter vos prétentions kilométriques de vrais bikers.

 Photo prise vers San Luis Obispo

Pacific Coast Highway

La P.C.H. borde l’immensité du Pacifique avec en opposition des falaises et collines splendides.
De l’écume plus blanche qu’une lessive, des rouleaux qui s’écrasent sur les rochers. Des fleurs multicolores, des senteurs enivrantes. Je m'emballe mais ce que j'écris est réel.
Si vous êtes un peu attentif et patient, vous y verrez des baleines, des otaries, des éléphants de mer, des prairies dogs (sorte d’écureuil), des cormorans etc, et c’est ici qu’une surfeuse s’est fait bouffer le bras et sa planche par un squale affamé.(voir sa photo à la maison bleue, brrr) Elle est toujours en vie et fait toujours de la planche... L'être humain a des  réserves insoupçonnées.

 Photo du mythique Golden gate bridge

Pacific Coast Highway

Nous avons commencé notre descente avec un Softail Héritage de loc par San Francisco en faisant un petit détour obligé par le mythique Golden Gate Bridge, le pier 39 et les spectaculaires descentes du film « Bullit ».Puis, dans une brume digne des faubourgs londoniens, nous avons emprunté, toute rampe de phares allumés, la road number one. On entendait le Pacifique sans le voir c’était frustrant. Puis tout d’un coup un courant d’air a balayé tout ce brouillard, et est apparu à nos yeux écarquillés la beauté préservée et sauvage où gronde le plus grand océan du monde. Casque malheureusement obligatoire ici, mais dégagez votre nez pour toutes ces senteurs, souvent un mélange d’eucalyptus et d’iode marine.

 Phare de Pigeons point

Pacific Coast Highway

Arrêtez vous au phare de « Pigeons point » c’est époustouflant.
Au sud de Santa Cruz (forêt de Redwood) et de San Luis Obispo écartez vous un peu de l’itinéraire tradi pour un changement de panorama étonnant.
Là ne sont que champs de légumes à perte de vue (artichauts, salades, fraises…) et bien sûr les vignes californiennes avec à chaque travée un massif de roses.
Y travaille un nombre inouï d'ouvriers mexicains.
On revient vers l’océan avec une halte obligée à Carmels, la ville dont Clint Eastwood fût maire.

 Photo d'un prairie dog à Carmels

Pacific Coast Highway

Carmels c’est ici que prennent retraite nombre de cadres de la Silicon Valley ainsi qu’une partie du show bizz californien.
Roulez dans Carmels pour admirer les splendides bâtisses qui jalonnent l’océan. Vous verrez sur le sable un grand nombre de prairies dogs ( écureuils) qui, si vous n’êtes pas trop remuant, viendront dans vos mains. Nous reprenons la route pour tomber sur les falaises de « Big Sur » fracassantes et prodigieuses, puis c’est le tour d’une colonie d’éléphants de mer (morses) avachis sur le sable, où deux grands males se battent dans l’eau pour la suprématie du troupeau.
Impressionnant pour les provinciaux que nous sommes plus habitués aux plages tranquilles et aux parasols multicolores.

 Photo hotel restaurant Apple Farm

Pacific Coast Highway hotel Apple Farm

Nous arrivons ensuite à San Luis Obispo où nous attend,bien que nous soyons en mai, une clim bien méritée au superbe hôtel « l’Apple farm ».
Superbe n’est même pas un adjectif assez fort. Le resto va de pair.
Dommage que les ricains mangent si tôt (18 h), ce qui nous a obligé à dîner le corps sale de sueurs et de poussiéres, sans cela, c’était la journée perfection.
Nous avons eu droit a une serveuse ayant fait ses classes à la Sorbonne à Paris.


 Photo de feux à Santa Barbara

Pacific Coast Highway en feu

Le matin, frais et dispo, nous reprenons la route vers Los Angeles et donc la Pacific Coast highway.  Le soleil est radieux et les paysages toujours une féerie de couleurs, on en prend plein les yeux. Arrêt à Santa Barbara célèbre à nos yeux grâce au feuilleton du même nom. C’est ici que se déclarent la plupart des feux de Californie et je vous le donne en mille on y tombe en plein dedans.
Impossibilité de visiter la splendide mission créée par les espagnols, les flammes sont partout et les shériffs ferment tous les accès.

 Photo de la jetée de Santa Barbara

Pacific Coast Highway

Les hélicos bombardiers d’eau font un ballet incessant, on décide donc de pousser jusqu'à la romantique jetée.
L’accès y est réglementé pour le nombre de véhicules mais est gratuit pour les bécanes.
A Santa Barbara on est dans l’American Riviera, sea, sex and sun, et tout reflète la richesse jusqu’aux toits de tuiles en céramiques rouges et les traditionnels palmiers. C’est ici que vous avez le plus de chance de voir au large s’amuser les baleines grises.

 Photo du Neptune à Malibu

Pacific Coast Highway

C’est vers Malibu que je vous engage à vous arrêter au « relais routier » biker et surfeur (l’un ne va pas sans l’autre ici) le Neptune. Pamela n’étant pas là, nous rejoignons Los Angeles par la charmeuse Santa Monica qui en est déjà la proche banlieue.
C’est ensuite la marina Del Rey et son hôtel du même nom, non loin de la concession géante Harley Davidson de Bartels chez qui on réintègre la bécane. Le local des locations appelé d’ailleurs Road 66, et non Pacific Coast mais mister Glenn responsable et fils du dealer en a décidé ainsi.

  Los Angeles en Cadillac Séville

Pacific Coast Highway

En conclusion, une descente inoubliable qu’on a essayé de vous faire partager bien qu’il ne soit pas aisé de décrire des splendeurs pareilles. Il nous restait une journée avant l’envol vers Paris, alors Alain a eu une idée géniale, il a loué une Cadillac décapotable « Seville 1960 » avec chauffeur guide parlant français qui nous a fait découvrir les quartiers mythiques de Los Angeles, j’ai cité en vrac Beverly Hills, Bel Air, Venice, Hollywood etc… Nous avons même eu le privilège de croiser Sandra Bullock dans sa Mercedes. Mais là, on sort du sujet...

 Photos en carrousel de 5 secondes

Quelques photos supplémentaires pour apprécier cette route a sa juste valeur ainsi que les denrées alimentaires.La derniére concerne notre équipe au complet, un must de motards.